sábado, 5 de marzo de 2016

Notre poème en français

Espagne

Gérard de Nerval

Mon doux pays des Espagnes
qui voudrait fuir ton beau ciel,
tes cités et tes montagnes,
et ton printemps éternel ?

Ton air pur qui nous enivre,
tes jours, moins beaux que tes nuits,
tes champs, où Dieu voudrait vivre
s’il quittait son paradis.

Autrefois ta souveraine,
L’Arabie, en te fuyant,
laissa sur ton front de reine
sa couronne d’Orient !

Un écho redit encore
à ton rivage enchanté
l’antique refrain du Maure :
Gloire, amour et liberté !

Gérard de Nerval, Odelettes

No hay comentarios:

Publicar un comentario