Ir al contenido principal

Entre son et sens


Femme qui pleure, Pablo Picasso

EN HOMMAGE AUX VICTIMES DE LA VIOLENCE ENVERS LES FEMMES

J’AI REÇU DES FLEURS AUJOURD’HUI

Ce n’était pas mon anniversaire ni un autre jour spécial.
Nous avons eu notre première dispute hier dans la nuit
Et il m’a dit beaucoup de choses cruelles
Qui m’ont vraiement blessées.
Je sais qu’il est désolé et qu’il n’a pas voulu
Dire les choses qu’il a dites,
Parce qu’il m’a  envoyé des fleurs aujourd’hui.

J’ai reçu des fleurs aujourd’hui…

Ce n’était pas notre anniversaire ,ni un autre jour spécial.
Hier, dans la nuit,
Il m’a poussé contre un mur et a comencé à m’étrangler.
Ça ressemblait à un cauchemar,
Je ne croyais pas que c’était réel.
Je me suis réveillée ce matin le corps douloureux et meurtri.
Je sais qu’il doit être désolé parce
Qu’il m’a envoyé  des fleurs aujourd’hui.



J’ai reçu des fleurs aujourd’hui et

Ce n’était pas la fête des mères
Ni un autre jour spécial.
Hier, dans la nuit, il m’a de nouveau battue,
C’était beaucoup plus violent que les autres fois.
Si je le quitte, que deviendrais-je?
Comment prendre soin de mes enfants? Et les problèmes financiers?
J’ai peur de lui mais je suis effrayée de partir
Je sais qu’il doit être désolé
Parce qu’il m’a envoyé des fleurs aujourd’hui.

Aujourd’hui c’était un jour  très spécial,
C’était le jour de mes funérailles…

Hier, dans la nuit, il m’a finalement tué.
Il m’a battu à mort.
Si seulement j’avais trouvé assez de courage
Pour le quitter, je n’aurais pas reçu de
Fleurs aujourd’hui…

Auteur inconnu


           Poème  et illustrations  sélectionnés par Rosalía Montoya 

Comentarios

Entradas populares de este blog

Ven, que te dé un verso: Emily Dickinson, "Temo a la persona de pocas palabras".

Temo a la persona de pocas palabras. Temo a la persona silenciosa. Al sermoneador, lo puedo aguantar; Al charlatán, lo puedo entretener. Pero con quien cavila mientras el resto no deja de parlotear, con esta persona soy cautelosa. Temo que sea una gran persona. Emily Dickinson , El viento comenzó a mecer la hierba

El poema de la semana

Semana del 15 al 18 de septiembre   "Aristóteles define el miedo como un sufrimiento anticipado, por un mal que nos aguarda en el futuro. Lo contrario -la percepción del futuro como un bien- tiene que tener un nombre. Creo que es la confianza". Con estas palabras del prólogo del último libro de poemas de Juan Antonio González Iglesias, Confiado , queremos comenzar el curso; y también con el espléndido poema que le da título. Deseamos que sus versos nos alienten en estos días de incertidumbres y nervios del principio de curso, en los que se concentra la espera de todo lo que en estos meses viviremos. CONFIADO Pongo mi corazón en el futuro. Y espero, nada más. De los dos monsílabos prefiero el más claro, el sencillo, el que despliega  un lienzo en el que todo  podrá ser. El amor dará firmeza a lo que digo. Estoy con los que creen sin ver, con los que andan sobre las aguas. Cuando el mundo entero o mi mundo se hunden tantas veces, entonces algo relacionado